1. Google met son intelligence artificielle Bard partout dans ses applications

Google a ajouté de nouvelles fonctionnalités à son Bard par le biais d’extensions. Elles permettent d’intégrer le chatbot à Google Maps, YouTube, Drive, Docs, Google Flights, Hotels et Gmail.

BLOG

S’il reste discret face à ChatGTP, Bard IA bénéficie d’améliorations constantes. De nouvelles fonctionnalités sont ajoutées et sa portée est également élargie. Comme Futura l’expliquait en juillet (voir article plus bas), Google avait prévu de lancer des extensions pour les applications Google. C’est le cas aujourd’hui et l’IA de Bard peut être intégrée dans Gmail, Docs, Maps, Drive, YouTube, Google Flights et Hotels. Il est d’ailleurs possible d’utiliser plusieurs applications de façon synchronisée. Par exemple, pour préparer un voyage, Bard peut collecter les dates qui conviennent à tout le monde à partir de Gmail, puis utiliser Hotels et Google Flights pour chercher des informations sur les vols et les hébergements.

L’IA comme chef d’orchestre

Maps peut ensuite prendre le relais pour vous indiquer la localisation et YouTube peut afficher des contenus liés à l’endroit où vous souhaitez vous rendre. Comme autre nouveauté, Bard dispose également d’un bouton « Google it », pour vérifier plus facilement ses réponses. Le téléchargement d’images avec Lens, l’affichage d’images dans les réponses et la modification des réponses de Bard sont désormais disponibles en français.


Google prépare l’arrivée d’extensions pour son chatbot Bard

Google compte ajouter de nouvelles fonctionnalités à son chatbot Bard par le biais d’extensions, lui permettant d’utiliser des services tiers. Un premier aperçu inclut neuf extensions, dont Google Maps, YouTube et Kayak.

bard

Google Bard est en train de se positionner comme le principal concurrent à ChatGPT, et offre certains avantages comme un accès gratuit à la version la plus récente avec toutes les informations du Web. Il est même disponible en France depuis une semaine. Toutefois, le chatbot s’appuie sur un système de pages mises en cache, alors que certaines réponses nécessitent des informations en temps réel.

Google travaille actuellement à la mise en place d’extensions, comme celles de ChatGPT, pour permettre à son intelligence artificielle d’interagir avec ses autres services et des sites tiers. La firme les avait d’abord annoncées au mois de mai, mais n’a communiqué aucune nouvelle information depuis. Le site 9to5Google a réussi cependant à avoir accès à une version expérimentale.

Un accès à Google Drive et Gmail en travaux

Neuf extensions sont présentes : Google Flights, Google Hotels, Google Maps, Instacart, Kayak, OpenTable, Redfin, YouTube et Zillow. Elles correspondent sans doute à celles qui seront proposées au lancement. Au mois de mai, la firme avait également évoqué ZipRecruiter, Wolfram et Khan Academy, ainsi qu’Adobe Firefly. Les extensions ne sont pour l’instant pas encore fonctionnelles, le site n’a pu tester que l’interface. Toutefois, chacune donne un exemple, comme « Trouve des maisons à Atlanta, GA, à moins de 1M$ » ou encore « Cherche des vols de Newark à San Francisco le 01/09 sur Kayak ».

La firme travaillerait également sur une extension pour Google Workspaces, permettant au chatbot d’accéder à Google Docs, Drive et Gmail. Nous ne savons pas pour l’instant quand ces extensions seront prêtes, mais nul doute que Google travaille d’arrache-pied pour combler son retard par rapport à ChatGPT.

Inquiétudes autour de l’IA

Les deux concurrents rivalisent à coup d’annonces dans un but affiché : que leurs plateformes dotées de l’IA générative deviennent les assistants personnels privilégiés des utilisateurs.

Google a présenté, mercredi, PaLM 2, la nouvelle version plus pointue de son modèle de langage, ces algorithmes entraînés sur des montagnes de données, qui permettent de créer des robots conversationnels comme ChatGPT ou Bard.

« Cela a permis beaucoup d’améliorations dans Bard ces deux derniers mois, en termes de mathématiques, de logique, de capacités à raisonner ou encore à coder et corriger du code », a souligné le directeur produit Jack Krawczyk lors d’une conférence de presse.

« Nous sommes à un moment fascinant où le fossé entre l’imagination humaine et les capacités de la technologie se réduit rapidement », a-t-il ajouté.

Mais les prouesses de la Silicon Valley inquiètent, surtout depuis qu’OpenAI a lancé en mars GPT-4, un « grand modèle multimédia […] aussi performant que les humains dans de nombreux contextes professionnels et académiques ».

Le patron de la start-up, Sam Altman, a expliqué travailler vers l’intelligence artificielle dite « générale », c’est-à-dire des programmes dotés de capacités cognitives humaines.

Suivez nous sur Quora

La rédaction vous conseille aussi:

 541 total views,  2 views today

Add a Comment

Your email address will not be published.