1 Vers la fin du streaming illégal ?

Épaulée par la justice britannique, la MPA (Motion Picture Association) a trouvé la parade au streaming illégal et aux sites qui partagent du contenu piraté. Sans la moindre vérification sur le contenu, la justice bloque les clones et les sites miroirs. De quoi décourager les pirates ?

Accueil

C’est un jeu du chat et la souris qui se prolonge depuis une dizaine d’années… Depuis que les connexions à Internet ont permis de diffuser la télévision, cela appelle l’IPTV (Internet Protocol TeleVision). Ce petit jeu, ou plutôt cette bataille, c’est celle qui oppose les pirates et les ayants droit sur le streaming illégal, qu’il s’agisse de la mise en ligne de films, de séries TV ou encore d’émissions en direct, comme des retransmissions d’événements sportifs.

Chaque année, des petits malins parviennent à déjouer les protections pour partager, en ligne, des films et des chaînes de télévision, et chaque année, les producteurs et les diffuseurs multiplient les actions pour les stopper. Jusqu’à quand ce petit jeu va-t-il continuer ? Selon Torrent Freak, la Grande-Bretagne aurait trouvé la parade juridique pour siffler la fin de la partie.

Un site dans le collimateur, des centaines de clones bloquées

Alors que les jugements s’attaquaient initialement à un site en particulier, comme The Pirate Bay par exemple, la justice britannique a coupé l’herbe sous le pied des pirates en étendant le blocage aux sites miroirs et à leurs dérivés. À la demande de la MPA (Motion Picture Association), qui représente les intérêts des plus grandes majors hollywoodiennes, le Royaume-Uni a ainsi bloqué des clones de 123movies, un énorme réseau de sites de streaming illégal dont les créateurs se trouvent en Asie. 

À chaque fois qu’un site apparaît avec 123movies dans le nom de domaine, il est bloqué et, depuis un an, le Royaume Uni en a ainsi coincé plus d’une centaine ! et ce, sans la moindre vérification du contenu. Peu importe qui en est le propriétaire, c’est bloqué par les fournisseurs d’accès à Internet à la demande de la justice. Une méthode qui pourrait décourager les pirates alors que la MPA a fourni en parallèle une liste de 20.000 sites et de 75.000 noms de domaines à bloquer dans près de 40 pays !

Voici les 5 pays qui piratent le plus

Le nombre de plateformes de streaming explose, le piratage aussi. Si l’on en croît les résultats d’une étude menée par la société d’analyse MUSO, le nombre de visites sur des sites pirates est en explosion au cours des huit premiers mois de l’année 2022.

Dans cette coupe du monde de la triche, cinq pays tirent particulièrement leur épingle du jeu. En première position, nous retrouvons les États-Unis, avec 15,5 milliards de visites sur ces sites qui diffusent des contenus piratés. La Russie et l’Inde complètent le podium avec environ 8 milliards de visiteurs. Suivent la Chine et la France avec respectivement 7,7 et 4,6 milliards de visites.

L’ampleur du piratage est largement sous-estimée

MUSO avait effectué la même étude pour le premier trimestre de cette année. Nous retrouvions là encore les cinq même pays en tête. Nous notions alors que si l’on se réfère au nombre d’habitants et au total de personnes connectées à Internet, il y a donc proportionnellement plus de visiteurs de sites pirates dans l’Hexagone que dans les premiers pays du classement.

Ces résultats n’ont sûrement pas échappé à l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (ARCOM), l’instance qui est en charge de la lutte contre le piratage en France depuis le 1er janvier. Disposant de moyens renforcés, elle veut notamment lutter contre les IPTV. Ces dispositifs ne sont d’ailleurs pas décomptés dans l’étude de MUSO, ce qui signifie que le phénomène est encore plus massif que ne le suggèrent ces chiffres.

Outre cet aspect géographique du piratage, cette recherche de la société d’analyse nous apporte également d’autres informations intéressantes. Ainsi, au cours des huit premiers mois de l’année 2022, les visites de sites pirates sont en hausse de 20 % à l’échelle globale, avec un total de 141,7 millions de connexions.

Des progrès ont été récemment enregistrés en France

Sur ce trafic, 47 % du total concerne des contenus liés à la télévision, il peut s’agit de séries ou de retransmissions sportives par exemple. Le secteur de l’édition est aussi touchée par ce fléau (28%), ainsi que le cinéma (12%). Enfin, la musique et les logiciels ne sont pas épargnés avec 7 % et 6 % du trafic de ces sites pirates.

En avril dernier, l’ARCOM a tout de même annoncé de bonnes nouvelles en ce qui concerne la France. L’autorité administrative a noté qu’en avril dernier le blocage des sites avait entraîné une chute de 76 % du piratage de la Ligue des champions de football, soit la plus prestigieuse compétition en Europe.

Suivez nous sur Quora pour rater aucune actualité technologie.

Lire aussi :

 808 total views,  2 views today

One thought on “1 Vers la fin du streaming illégal ?”

  1. […] 1 Vers la fin du streaming illégal ? […]

Add a Comment

Your email address will not be published.